Partage des richesses

250€ brut, soit moins de 200€ net, c’est donc ce qu’auront obtenu les syndicats amenés à négocier avec l’entreprise en compensation de l’absence de participation aux bénéfices.

Précisons que lors de ces « négociations » la CGT avait comme nous demandé 1200€, soit le montant de la participation aux bénéfices accordés aux salariés d’Econocom Services et d’autres sociétés du Groupe hors activités services.

Il ne s’agit pas de revenir sur une injustice, mais plutôt d’acter sur le fait qu’il y a des salariés qui méritent et d’autres pas, par le simple fait d’appartenir à telle ou telle société du groupe. Car qu’est-ce qui différencie fondamentalement un salarié d’EOF d’un autre d’Econocom Service, ou même d’Econocom SAS ?  Ne travaillent-ils pas à la même œuvre, en « synergie » avec l’ensemble de leurs collègues ?

Cette petite obole baptisée « geste social » par la Direction, confirme bien le contexte d’un groupe peu généreux avec ses salariés malgré les bénéfices réalisés. Et si les discussions avec la DRH, et la participation des salariés par l’intermédiaire de sondages et pétitions, sont une première étape, il est évident que c’est parfaitement insuffisant.

Il faut établir un véritable rapport de force, donc de sortir de la politique de conciliation, de la volonté de ne pas faire trop de vague, de résumer le syndicalisme à un clientélisme sans ambition, en espérant un geste de reconnaissance de la part de l’entreprise. Geste qui ne viendra pas, compte tenu de la psychologie de nos dirigeants.

Il n’y a pas d’issue en dehors d’un rapport de force clair et net, si cette petite obole ne vous satisfait pas et que vous êtes prêts à vous mobilisez afin d’obtenir 1200€ comme vos collègues des autres entités du groupe, contactez nous à l’adresse ci-dessous afin de discuter des actions à mener.

eof@unischezeconocom.org

 

Logo UCE